> Tous les forums > Forum À côté
 Faudra-t-il une dictature verte pour sauver la planète ?
Ajouter un message à la discussion
Pages : [1] 2 ... Fin
Page 1 sur 2 [Fin]
beorcs
  Posté le 07/02/2020 @ 18:44 
Aller en bas de la page 
Astucien

Qu'en pensez-vous ?

.

Les opinions sont diverses, naturellement, par exemple :

.

Par contre, cet article d'Anne-Cécile Robert, dans le Monde Diplomatique de janvier 2020 : son niveau tranche nettement avec la médiocrité d'autres développements, même si perso, je ne suis pas d'accord sur tout.(sur la nature de l'humain , qui serait intrinsèquement "bon" ou "mauvais" : je pense qu'actuellement c'est plutôt "mauvais". Et qu'il faut penser, légiférer, sanctionner en fonction, ...pour l'intérêt public ).

.

.

"Au nom de l’urgence écologique

Aucun décideur public ou privé de premier plan ne peut désormais faire l’impasse sur le défi climatique… du moins en paroles. Cette victoire idéologique du mouvement écologiste doit, certes, se traduire en mesures concrètes. Mais elle ouvre aussi un autre champ de réflexion, du fait de son instrumentalisation contre la démocratie par les tenants du capitalisme vert.

Les mesures qu’il faudrait prendre seront difficilement acceptées. On peut dire que la lutte contre le changement climatique est contraire aux libertés individuelles, et donc sans doute à la démocratie », affirme le climatologue François-Marie Bréon. « Moi, je ne prétends pas avoir les solutions [pour lutter contre le réchauffement de la planète], il y a des experts bien plus compétents pour ça », explique pour sa part l’astrophysicien Aurélien Barrau, avant d’ajouter que, ce dont il est sûr, c’est de la nécessité de prendre des « mesures coercitives, impopulaires, s’opposant à nos libertés individuelles ». La tentation de subordonner la démocratie à l’impératif climatique se répand comme une petite musique d’ambiance. « Longtemps taboue, l’idée d’une nécessité de la contrainte, de la prise de décisions impopulaires, commence à faire son chemin », note le journaliste Stéphane Foucart. Et de conclure : « L’alternative est sombre : renoncer à la forme actuelle de la démocratie pour endiguer le réchauffement, ou attendre que celui-ci ait raison de la démocratie ? »

Contrairement à ce que prétendent les quelques "scientifiques" qui pétitionnent dans Valeurs actuelles, le changement climatique est une réalité. Interrogeons alors la portée réelle du discours qui soumet la démocratie — c’est-à-dire l’une des expressions fondamentales de nos libertés — à l’environnement. Certes, point de « dictature verte » à l’horizon : l’élection demeure l’alpha et l’oméga de l’exercice du pouvoir, du moins dans le monde occidental. En revanche, l’encadrement de la démocratie commence à faire l’objet de mesures concrètes, souvent adoptées sans réelle discussion, tant pèse l’urgence climatique. En France, la Charte de l’environnement figure depuis 2005 dans le préambule de la Constitution, au même titre que la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen. En 2018, la commission des lois de l’Assemblée nationale a proposé d’aller plus loin et d’inscrire la lutte « contre les changements climatiques » dans l’article premier de la Constitution, plaçant ainsi cette question au même rang que le caractère « indivisible, laïque, démocratique et social » de la République, et donc au sommet de la hiérarchie des normes encadrant les institutions.

La mise en place, le 4 octobre 2019, de la convention citoyenne pour le climat (CCC) concentre les impensés démocratiques de ce discours, en apparence frappé au coin du bon sens et de la « nécessité d’agir avant qu’il ne soit trop tard ». Garant, avec Mme Anne Frago (directrice du service de la culture et des questions sociales de l’Assemblée nationale) et Mme Michèle Kadi (directrice générale honoraire des services du Sénat), de l’organisation de la CCC décidée par le président Emmanuel Macron au sortir du « grand débat national », le réalisateur et écrivain Cyril Dion affine ainsi la cible : « Notre modèle de démocratie représentative ne permet pas de prendre les mesures radicales nécessaires pour faire face aux défis actuels. » La clé réside, selon lui, dans la création d’espaces de délibération faisant émerger des solutions qui seront ensuite adoptées par les pouvoirs publics. Il se montre donc particulièrement enjoué lors du lancement de la CCC. Tirés au sort dans l’annuaire, les cent cinquante membres de la convention se réuniront toutes les six semaines autour d’experts qui leur exposeront les questions à trancher. Il appartiendra ensuite au Parlement d’adopter formellement les mesures, ou aux électeurs de prendre position. « Notre pari est de créer un rapport de forces avec le gouvernement depuis l’intérieur, précise Dion. D’élaborer des propositions dans un cadre approuvé par le gouvernement, puis d’obtenir un référendum. »

Aréopage sans mandat

Ce discours tient pour acquises des choses qui, en réalité, ne le sont pas. En premier lieu, on ne voit pas bien par quel miracle des citoyens tirés au sort se trouveraient subitement dépouillés de tous les travers inhérents à la vie sociale : imperméables à la corruption, inaccessibles à tout raisonnement biaisé, follement désintéressés, etc. D’ailleurs, les vertus qu’on attache au tirage au sort ne sautent pas aux yeux quand on sait que, lors de la présélection effectuée parmi 250 000 numéros de téléphone, le hasard a désigné M. Daniel Cohn-Bendit (il a décliné, arguant qu’il n’avait pas le temps). En second lieu, au nom de quoi attribuer à un aréopage résultant du hasard, et donc sans mandat, le pouvoir d’influencer des décisions politiques prises par des autorités issues du suffrage universel ? Outre une éventuelle sanction dans les urnes, ils risquent désormais des actions en justice. Des associations soutenues par des personnalités du monde des arts ne cherchent-elles pas déjà, grâce à la plate-forme l’Affaire du siècle, à assigner l’État devant les tribunaux pour « inaction face au dérèglement climatique » ?

Si la démocratie s’accommode par nature de la contrainte exercée au nom de l’intérêt général sur les citoyens, l’incertitude provient ici de la croyance en une définition objective du progrès écologique, en dehors d’une analyse économique et d’une prise en compte des rapports de forces sociaux. C’est pourquoi la CCC accorde un rôle central aux « experts » chargés de permettre l’émergence de solutions « bonnes », c’est-à-dire fondées sur une sorte de vérité scientifique. Pourtant, « la notion de “progrès écologique” n’a pas de sens, explique l’historienne Valérie Chansigaud. (…) Si l’on ne réfléchit pas à l’architecture sociale que l’on souhaite, l’écologie s’apparente à une sorte de panoplie que n’importe qui peut revêtir. Depuis deux siècles, on trouve des références à la nature et à son respect chez à peu près tous les acteurs politiques, de l’extrême droite — qui y voit le fondement de l’identité des peuples — aux anarchistes, pour qui la préservation de l’environnement est à la racine de l’exigence de progrès social et d’égalité, en passant par les plus modérés. En soi, proclamer qu’on va “respecter la nature” ne veut rien dire».

La limitation des gaz à effet de serre, par exemple, est une question politique qui implique des secteurs aussi divers que la production d’énergie (électricité, chauffage) et de carburant (voitures, aviation ou transport maritime), mais aussi l’exploitation forestière, l’agriculture ou l’élevage intensif. La définition des mesures les plus efficaces et l’ordre des priorités ne s’imposent pas spontanément. Il ne suffit pas d’en appeler à la coercition : il faut dire sur quoi — et sur qui — celle-ci doit porter. Après des décennies de folie due aux transports, dont les prix bas ignorent le coût de la destruction de l’environnement, on commence par exemple à peine à s’interroger sur les dégâts du tourisme de masse.

En outre, l’expérience montre que le verdict des « experts » n’est pas exempt de tout tropisme, comme le reflète, dans le domaine économique et financier, l’unanimisme libéral de ceux qui pérorent sur les plateaux télévisés, dans les cabinets ministériels ou dans les institutions internationales. Toutes les craintes sont permises quand on apprend que parmi les douze personnalités « impartiales » chargées de sélectionner les experts de la CCC figure Mme Catherine Tissot-Colle, cadre dirigeante d’Eramet, une multinationale de l’extraction minière particulièrement polluante. On aurait pu imaginer une mentore plus neutre… Bien balisée, la CCC participe à la construction de ce faux consensus qui épargne les intérêts économiques et financiers. « Nous assistons à une démagogie démocratique surréaliste, car les questions qui sont posées, nous savons déjà comment y répondre », estime ainsi M. Alain Bougrain-Dubourg, membre du Conseil économique, social et environnemental.

Tel qu’il se répand dans les médias, le discours sur le réchauffement climatique quitte imperceptiblement le monde de la science et de la pensée (où il est solidement construit) pour s’installer dans celui de la croyance, en des vérités socialement déterminées et soustraites à la réflexion critique. La lanceuse d’alerte Greta Thunberg, qui a su éveiller l’attention des dirigeants du monde, devient ici une sorte de Bernadette Soubirous des temps postmodernes, menant de gigantesques processions à travers le monde sans jamais dire un mot des accords de libre-échange et de leurs effets sur l’environnement.

Pointer du doigt la responsabilité de l’homme (en parlant d’anthropocène) efface opportunément la responsabilité du productivisme, ou du mode de production, au profit d’une sorte de « pensée unique » de la lutte contre le réchauffement climatique qui fait la part belle au capitalisme vert. « Trouver dans l’être humain des péchés constitutifs, résume l’économiste Pierre-Yves Gomez, c’est s’épargner la peine (ou le devoir) de critiquer la consommation, la production et les interactions dans le monde social concret dans lequel il vit ici et maintenant. » Figure consensuelle du mouvement écologiste, M. Nicolas Hulot — qui critique les dégâts du « capitalisme sauvage » — estime néanmoins que les efforts individuels permettraient de « faire 20 % du chemin vers les objectifs climatiques ». Si on prend ce chiffre pour argent comptant, pourquoi les pouvoirs publics ne s’attaquent-ils pas en priorité aux 80 % qui les concernent directement ? « L’objectif, en montrant la voie individuellement, est d’encourager les acteurs politiques à aller plus loin », répond M. Hulot. Traduction : les citoyens doivent, par la discipline et la contrition, donner l’exemple aux puissants, qui ne subissent, eux, quasiment aucune contrainte. Peut-on se montrer plus ignorant des rapports sociaux et économiques ?

Les effets du réchauffement climatique et de la pollution à grande échelle paraissent si terrifiants — et ils le sont effectivement — qu’ils poussent sur le devant de la scène des idées monstrueuses. Sans doute ceux qui, encore minoritaires, évoquent avec insistance une remise en question des libertés s’imaginent-ils définir les limites qui affecteront celles des autres. Si on restreint le tourisme de masse, par exemple en limitant le tonnage des bateaux de croisière ou en renchérissant le coût du transport, les classes aisées n’en pâtiront pas, car elles trouveront d’autres moyens de faire le tour du monde. « Un monde plus juste serait un monde plus laid », disait, en observant le bateau bondé d’un tour-opérateur, un milliardaire sur une plage des Baléares. En d’autres termes : si l’environnement est à ce prix (c’est le cas de le dire), réservons la découverte touristique aux propriétaires de yachts. Le nouvel « imaginaire social » nécessaire à la protection de la planète ne saurait naître sans une réflexion globale sur l’« institution d’une société radicalement différente », rappellent les économistes Jean-Marie Harribey et Pierre Khalfa.

L’image d’un « Homo sapiens » prédateur

Ainsi, l’argument écologique pourrait devenir un outil disciplinaire au service de la classe dirigeante, qui l’utiliserait pour culpabiliser les populations. Il permet en outre d’ouvrir une brèche dans la démocratie au moment où celle-ci est contestée par une partie des élites, qui reprochent au peuple de mal voter. Ainsi, Thierry Pech, directeur général du think tank Terra Nova, à équidistance du Parti socialiste et de M. Macron, déclare que « les populismes reposent sur une absolutisation du suffrage. Ni Bolsonaro, ni Orban, ni Poutine ne sont le produit d’autre chose que des élections. En dehors des élections, point de légitimité, ni pour la presse, ni pour la justice, ni pour les corps intermédiaires (13) ». Avec ses experts bienveillants et ses vérités « objectives », la CCC fonctionne comme un petit laboratoire de cette « démocratie délibérative » si rassurante pour ceux qui conservent le pouvoir.

Une idée en vogue favorise l’instrumentalisation réactionnaire (adémocratique et asociale) de la question écologique : celle selon laquelle l’être humain est par nature mauvais ; il est responsable des malheurs de la planète et son asservissement est mérité. Sans entrer dans une discussion philosophique sur l’existence d’une nature humaine, l’être humain est-il responsable — par le simple fait qu’il est un Homo sapiens prédateur — du changement climatique, ou bien est-ce, par exemple, la culture industrielle qui s’est imposée au détriment d’une culture paysanne plus en phase — par nécessité — avec la nature ? Les penseurs progressistes, en particulier ceux des Lumières, se distinguaient par leur optimisme quant à ses capacités à s’améliorer, notamment grâce à l’éducation et à l’esprit critique. À l’opposé, les réactionnaires contestaient toute idée de progrès et développaient une vision pessimiste de l’homme, irrémédiablement calculateur et égoïste. Les enjeux climatiques leur donneraient-ils un avantage imprévu ?

Anne-Cécile Robert "



Modifié par beorcs le 07/02/2020 19:08
Publicité
helene78
 Posté le 07/02/2020 à 18:54 
Aller en bas de la page Revenir au message précédent Revenir en haut de la page
Petite astucienne

Question CONNE, qui a lu 1984 de George Orwell ? Moi à l'école en 1976.

jujube2
 Posté le 07/02/2020 à 19:17 
Aller en bas de la page Revenir au message précédent Revenir en haut de la page
  Maître astucien

moi à plusieurs reprises ! mais quel rapport avec le sujet

yves.vaissiere
 Posté le 07/02/2020 à 21:16 
Aller en bas de la page Revenir au message précédent Revenir en haut de la page
  Grand Maître astucien

Moi après. Ce qui permet d'en relativiser un peu la portée, quoiqu'on en dise ...

Mais je me pose la question : que s'est-il passé, dans la tête de ceux qui l'ont lu en 84 ?



Modifié par yves.vaissiere le 07/02/2020 21:27
Super_GEGE
 Posté le 13/02/2020 à 16:22 
Aller en bas de la page Revenir au message précédent Revenir en haut de la page
  Astucien

vous voulez une dictature ?

Facile, suffit d'élire une femme. 😁

Je suis certain que beaucoup d'entre nous ont une candidate toute trouvée.

regedice
 Posté le 13/02/2020 à 18:10 
Aller en bas de la page Revenir au message précédent Revenir en haut de la page
  Astucien

Il faut expliquer aux gens les choses mais pas se servir, comme c'est le cas aujourd'hui, du sujet pour gagner des voix en politique ou des dons pour association !

.

Le plus GROS problème, c'est que les gens ne font plus confiance à quoi que ce soit et comme la politique permet aux industriels de nous empoisonner depuis des décennies, c'est d'abord auprès des industriels qu'il faut que les gouvernements agissent et ça c'est, pour moi, pas prêt d'arriver !

.



Modifié par regedice le 13/02/2020 18:15
regedice
 Posté le 13/02/2020 à 18:20 
Aller en bas de la page Revenir au message précédent Revenir en haut de la page
  Astucien

Message original par beorcs

Qu'en pensez-vous ?

.

"Au nom de l’urgence écologique

Aucun décideur public ou privé de premier plan ne peut désormais faire l’impasse sur le défi climatique… du moins en paroles. Cette victoire idéologique du mouvement écologiste doit, certes, se traduire en mesures concrètes. Mais elle ouvre aussi un autre champ de réflexion, du fait de son instrumentalisation contre la démocratie par les tenants du capitalisme vert.

Juste une question: Pourquoi soudainement nous parle-t-on de "climat" ?

- À cause du réchauffement, donc des degrés supplémentaires que nous prendrions chaque année ?

- À cause de la pollution du plastique dans les océans ?

- À cause du manque de ressource pour certaines matières ?

- À cause du martellement de certains sur les réseaux sociaux ?

Je ne comprends pas pourquoi, soudainement, on ne parle plus que de ça ?!

Parce que si c'est juste à cause de la température qui augmente, les gens sont clairement mal informés, vu qu'il faisait plus chaud à une époque ou les moteurs à explosion n'existaient pas encore !

Personne n'a parlé, par exemple, des variations de comportement du soleil ?

Personne n'est allé relever les températures dans les profondeurs sans penser que ça puisse être la terre qui s'agite au lieu des humains qui sont accusés d'être responsables de ça.

Ecce Homo
 Posté le 14/02/2020 à 08:52 
Aller en bas de la page Revenir au message précédent Revenir en haut de la page
Petit astucien

Juste une question: Pourquoi soudainement nous parle-t-on de "climat" ?

- À cause du réchauffement, donc des degrés supplémentaires que nous prendrions chaque année ?

Le réchauffement est un fait avéré, quantifié, prouvé.

- À cause de la pollution du plastique dans les océans ?

Ce qui est un fait avéré.

- À cause du manque de ressource pour certaines matières ?

Ce qui est un fait avéré.

- À cause du martellement de certains sur les réseaux sociaux ?

Quels réseaux sociaux ? Ah oui c'est vrai, il existe quelque chose que tu ignores totalement, ce sont les médias sérieux, avec enquêtes et tout.

Je ne comprends pas pourquoi, soudainement, on ne parle plus que de ça ?!

Parce que c'est la principale préoccupation de l'Humanité pour au moins un siècle, c'est ce qui va entraîner des famines, pénuries d'eau, de matières première, inondations , et donc des crises, conquêtes, annexions (en particulier des régions riches en eau), guerres, flots de réfugiés ...

Parce que si c'est juste à cause de la température qui augmente, les gens sont clairement mal informés, vu qu'il faisait plus chaud à une époque ou les moteurs à explosion n'existaient pas encore !

Oui, c'est vrai, les chevaux, ça pétait beaucoup.

Personne n'a parlé, par exemple, des variations de comportement du soleil ?

Ah le voilà, l'os à ronger des négationnistes du réchauffement climatique, à la différence de ton auguste personne, je ne suis pas BAC+12 en astronomie et BAC+15 en astrophysique, je ne comprends donc pas aussi bien que toi.

Personne n'est allé relever les températures dans les profondeurs sans penser que ça puisse être la terre qui s'agite au lieu des humains qui sont accusés d'être responsables de ça.

Aller dans les profondeurs, c'est dangereux, les baleines et les cachalots n'arrêtent pas de péter.

Comme quoi le ridicule, c'est beaucoup plus contagieux que le Coronavirus (Covid-19).



Modifié par Ecce Homo le 14/02/2020 08:53
Ping59
 Posté le 14/02/2020 à 09:19 
Aller en bas de la page Revenir au message précédent Revenir en haut de la page
Petit astucien

Bonjour

Pour le soleil: Si! la NASA l'a fait et a expliqué SCIENTIFIQUEMENT que le soleil n'avait strictement rien à voir avec le réchauffement climatique.

Et pour rappel, on parle du réchauffement depuis plus de trente ans et si au départ des scientifiques ont émis des doutes sur la responsabilité humaine

désormais plus aucun scientifiques honnêtes ne renie la validité du réchauffement climatique.

Et si on en parle de plus en plus c'est que ses mêmes scientifiques s’aperçoivent que nous sommes en train de dépasser allègrement

les prédictions les plus pessimistes faites il y a 20 ans.

Pour avoir de vrais renseignements ne va pas lire tout et n'importe quoi sur internet mais achète des revues scientifiques reconnues

tel que Sciences et vie ou Sciences et avenir. tu y trouveras des raisons de pleurer mais aussi des raisons d'espérer.

A toi de voir la bouteille à moitié vide ou moitié pleine.

Publicité
regedice
 Posté le 14/02/2020 à 12:48 
Aller en bas de la page Revenir au message précédent Revenir en haut de la page
  Astucien

Ping59 a écrit :

Bonjour

Pour le soleil: Si! la NASA l'a fait et a expliqué SCIENTIFIQUEMENT que le soleil n'avait strictement rien à voir avec le réchauffement climatique.

Et pour rappel, on parle du réchauffement depuis plus de trente ans et si au départ des scientifiques ont émis des doutes sur la responsabilité humaine

désormais plus aucun scientifiques honnêtes ne renie la validité du réchauffement climatique.

Et si on en parle de plus en plus c'est que ses mêmes scientifiques s’aperçoivent que nous sommes en train de dépasser allègrement

les prédictions les plus pessimistes faites il y a 20 ans.

Pour avoir de vrais renseignements ne va pas lire tout et n'importe quoi sur internet mais achète des revues scientifiques reconnues

tel que Sciences et vie ou Sciences et avenir. tu y trouveras des raisons de pleurer mais aussi des raisons d'espérer.

A toi de voir la bouteille à moitié vide ou moitié pleine.

Donc le soleil qui nous apporte sa chaleur n'a pas d'influence sur cette même chaleur ?

Il y a quoi... 40 ans on ne cessait de nous parler de la couche d'ozone !

.

Il y a des records de chaleur bien plus anciens qui n'ont pas été battus, comment l'expliquer, si ça ne vient pas du soleil ?

Il me semblait que les éruptions du soleil pouvaient envoyer des vagues de chaleur très intenses et même aller jusqu'à toute vie à la surface de la terre.

.

On ne va pas nous faire croire que le comportement du soleil n'a pas bougé depuis 40 ans ?!

yves.vaissiere
 Posté le 14/02/2020 à 13:09 
Aller en bas de la page Revenir au message précédent Revenir en haut de la page
  Grand Maître astucien

Justement on le connaît pas trop mal, je crois.

(perso il me semble avoir lu qu'il est cyclique, de période inférieure ; mais il n'y a pas, a priori, de raison particulière de mettre en doute la NASA, avec des supputations ad hoc et encore une fois, au blair complet ! )

regedice
 Posté le 14/02/2020 à 13:23 
Aller en bas de la page Revenir au message précédent Revenir en haut de la page
  Astucien

yves.vaissiere a écrit :

Justement on le connaît pas trop mal, je crois.

(perso il me semble avoir lu qu'il est cyclique, de période inférieure ; mais il n'y a pas, a priori, de raison particulière de mettre en doute la NASA, avec des supputations ad hoc et encore une fois, au blair complet ! )

Je ne sais pas si ce sont des humains qui manipulent des humains, mais en tant qu'être humain qui pense, je n'arrive pas à imaginer que nous "poussière" à la surface de la terre, nous puissions avoir une quelconque influence sur la terre elle-même !

Par contre, je pense que les humains et le faible durée de vie, n'arrive pas à concevoir que les planètes, dont la terre, peuvent entrer dans des phases dont les conséquences ne peuvent être connues à l'avance et dont la durée est impossible à prévoir.

.

Si la terre est rentrée dans une phase de grippe ou de rhum, elle peut faire de la fièvre sur 100-150 ans sans que nous ne puissions faire quoi que ce soit.

.

Certains avancent, par exemple, que la période glaciaire a eu lieu après qu'une météorite ait frappé la terre et généré des poussières emprisonnées dans l’atmosphère pendant des dizaines voire plus de cent ans !

.

J'ai appris il y a quelques semaines que peut-être, ce serait l'éruption d'un volcan islandais qui serait responsable de la révolution française ayant eu lieu à la même époque, les poussières générées par le volcan auraient empêché le soleil de réchauffer le sol et faire pousser les plantes et donc, la famine était présente un peu partout sur la terre.

Ce qui fait que les français affamés se soient révoltés.

.

De mon opinion, nous nous faisons enfumer par les écologistes qui ont trouvé là, comme à l'époque de la domination de l'église sur les croyances, un moyen de gagner du terrain, d'obtenir des fonds et de changer les choses comme ils ont toujours souhaités le faire.

Cela ne veut pas dire que l'homme n'a pas pollué la terre, mais cette pollution est avant tout un problème pour l'homme, la terre, elle, s'en remettra sans problème.

.

Je l'ai dit plus haut, il faut d'abord retirer le pouvoir aux industriels pour qu'ils arrêtent de nous empoisonner !

beorcs
 Posté le 14/02/2020 à 13:29 
Aller en bas de la page Revenir au message précédent Revenir en haut de la page
  Astucien

Quand bien même, les catastrophes climatiques qui nous guettent ne seraient pas entièrement dues à l'activité humaine,

personne ici ne semble avoir d'opinion sur ce qu'écrit Anne-Cécile Robert, et la question en filigrane :

  • 1) faut-il plus de coercition (pénalisation, surveillance, lois plus sévères, ...restrictions drastiques, etc) pour sauvegarder notre environnement (voire notre existence) ? Et si oui, comment ?
  • 2) Craignez-vous une dérive anti-démocratique de nos démocraties,(déjà formelles, par la force des événements contemporains) à cause "d'impératifs environnementaux" ou prétendus tels,dont se serviraient des lobbies, voire de nouvelles mafias déguisées en défenseurs de l'environnement ? (Ce n'est pas de la fable, on se souvient des gigantesques escroqueries à la taxe carbone par des voyous sionistes, qui avaient ensuite partiellement échappé à la Justice de notre pays, grâce à leur "double nationalité"...).
galoupia
 Posté le 14/02/2020 à 13:56 
Aller en bas de la page Revenir au message précédent Revenir en haut de la page
Astucien

Dans cette histoire il y a du vrai du faux de l'intox ,certains surf sur le sujet pour tirer profit d'un business en culpabilisant ;d'autres pour leurs campagne électorale ,surtout que 70% des personnes âges ont la fibre écolo suite à un bon bourrage de crane contrairement aux jeunes qui aboient mais sans foutent royalement .

Je remarque que en discutant ;ceux qui prêche la baisse de conso ,le recyclage,par le tri et.veulent faire la morale...laisse tourner leur diesel ou essence certes moderne le temps de faire une course d'un 1/4H ou d'attendre un passager (taxi ambulance) se débarrasse de déchets en dehors des poubelles ,gaspilles alègrement .

Sauver la planète de quoi ? Le dicta de quelques formations politiques!!de l'éco business oui commerce de co2 ,électrifié les voitures pour échapper à la taxe de incompétence de cranes d’œuf de l'état et.qui poussent la plaisanterie à inventer un super malus suivant l'équipement optionnel sur les voitures ,jantes alu 17/18 pouces ,toit ouvrant ,cilm bi

Bien envelopper les clients seront toujours preneur ,boof une voiture n'est chère !!

yves.vaissiere
 Posté le 14/02/2020 à 13:59 
Aller en bas de la page Revenir au message précédent Revenir en haut de la page
  Grand Maître astucien

Certains avancent, par exemple, que la période glaciaire a eu lieu après qu'une météorite ait frappé la terre et généré des poussières emprisonnées dans l’atmosphère pendant des dizaines voire plus de cent ans !

.

J'ai appris il y a quelques semaines que peut-être, ce serait l'éruption d'un volcan islandais qui serait responsable de la révolution française ayant eu lieu à la même époque, les poussières générées par le volcan auraient empêché le soleil de réchauffer le sol et faire pousser les plantes et donc, la famine était présente un peu partout sur la terre.

Ce qui fait que les français affamés se soient révoltés.

Oui, ce sont des éléments bien connus. Et alors ? Il faut davantage de discernement, à mon avis : c'est trop faiblard pour être des arguments tendant à valider telle thèse ou telle autre, ici.

(pas en degrés bien sûr, mais notamment pour des questions d'échelle de temps : faudrait savoir si on parle de 40 ans, 400 ou 400 000 en piquant ce qui est utile dans la conversation, sans aucune considération du fait qu'on zoome et dézoome à-peu-près gratuitement)

La science, en tout cas, en tient compte, quand elle dit que le réchauffement ("actuel", bien entendu) est vraisemblablement pour l'essentiel d'origine anthropique.



Modifié par yves.vaissiere le 14/02/2020 14:09
Super_GEGE
 Posté le 14/02/2020 à 20:03 
Aller en bas de la page Revenir au message précédent Revenir en haut de la page
  Astucien

Si je résume bien, :

- disparition quasi totale de la biodiversité dans moins d'une génération

- disparition des poissons des rivières et des océans

- disparition des insectes nécessaires à l'agriculture,

- catastrophes naturelles qui polluent et suppriment ce qui reste de forêts intactes pour êtres remplacées par des déserts ou de la savane.

- chaleur et manque d'eau qui vont limiter ou détruire les récoltes et créer de grandes famines.

- l'arrivée de nouvelles épidémies tropicales

- crise de l'énergie

- pollutions diverses

- diminution de l'oxygène et augmentation des gazs nocifs

- dérèglement climatique

- guerres liées à l'arrivée de réfugiés climatiques...

Et on va nous demander de classer les ordures dans des poubelles de couleur ou de ramener les bouteilles vides.

Je pense que l' on devrait plutôt s'occuper dès maintenant de préparer l'avenir d'une population plus réduite après la période des grandes famines, ce qui ne manquera pas d'arriver.

On veut nous tromper. Il n'y aura pas de transition tout simplement parce que c'est impossible.

Qui est prêt à faire des sacrifices ?

Les financiers, les politiques, toi et moi ?



Modifié par Super_GEGE le 14/02/2020 20:33
regedice
 Posté le 14/02/2020 à 20:49 
Aller en bas de la page Revenir au message précédent Revenir en haut de la page
  Astucien

beorcs a écrit :

Quand bien même, les catastrophes climatiques qui nous guettent ne seraient pas entièrement dues à l'activité humaine,

personne ici ne semble avoir d'opinion sur ce qu'écrit Anne-Cécile Robert, et la question en filigrane :

  • 1) faut-il plus de coercition (pénalisation, surveillance, lois plus sévères, ...restrictions drastiques, etc) pour sauvegarder notre environnement (voire notre existence) ? Et si oui, comment ?
  • 2) Craignez-vous une dérive anti-démocratique de nos démocraties,(déjà formelles, par la force des événements contemporains) à cause "d'impératifs environnementaux" ou prétendus tels,dont se serviraient des lobbies, voire de nouvelles mafias déguisées en défenseurs de l'environnement ? (Ce n'est pas de la fable, on se souvient des gigantesques escroqueries à la taxe carbone par des voyous sionistes, qui avaient ensuite partiellement échappé à la Justice de notre pays, grâce à leur "double nationalité"...).

ça ne sert à rien de s'en prendre au peuple avant de s'occuper des industriels !

Si les gouvernement montrent clairement un effort vis-à-vis des industriels, là le peuple écoutera !

Publicité
Super_GEGE
 Posté le 15/02/2020 à 09:51 
Aller en bas de la page Revenir au message précédent Revenir en haut de la page
  Astucien

"Si les gouvernement montrent clairement un effort vis-à-vis des industriels, là le peuple écoutera" !

trop de privations. Regarde rien que pour les 80 kms.

Je pense qu'il y aura consensus quand la situation sera grave.



Modifié par Super_GEGE le 15/02/2020 21:22
Ping59
 Posté le 15/02/2020 à 13:29 
Aller en bas de la page Revenir au message précédent Revenir en haut de la page
Petit astucien

Tout faux Super_Gégé

La situation est déjà grave et ça frémit à peine.

Les politiques ne bougent que lorsqu'il est trop tard (la catastrophe a eu lieu) ou quand la situation est désespérée.

Et évidemment c'est la faute des "autres". Qui sont les autres???



Modifié par Ping59 le 15/02/2020 13:36
sonyA330
 Posté le 15/02/2020 à 16:34 
Aller en bas de la page Revenir au message précédent Revenir en haut de la page
Astucien

bonjour,

la dictature , c'est du passé. c'est du fascisme moderne.

beorcs
 Posté le 15/02/2020 à 18:24 
Aller en bas de la page Revenir au message précédent Revenir en haut de la page
  Astucien

sonyA330 a écrit :

bonjour,

la dictature , c'est du passé. c'est du fascisme moderne.

Le crois-tu vraiment ? La dictature avec des bruits de bottes, des parades paramilitaires, des milices d'enragés, ...peut-être.

Mais il est des dictatures aussi cruelles, qui ne semblent choquer personne aujourd'hui : et pourtant ...

  • les gens encore en quasi esclavage : Chine, pays arabes...;
  • certains États africains ou règnent encore des mafias ...avec la bénédiction de l'Occident;
  • sur une bonne moitié du globe terrestre, des minorités continuent à être bafouées, discriminées, persécutées, ...et quelquefois massacrées dans l'indifférence générale.
regedice
 Posté le 15/02/2020 à 18:41 
Aller en bas de la page Revenir au message précédent Revenir en haut de la page
  Astucien

sonyA330 a écrit :

bonjour,

la dictature , c'est du passé. c'est du fascisme moderne.

Ne pas mélanger fascisme et dictature, ça n'a rien à voir !

La dictature n'existe plus selon toi ?

Regarde bien les étiquettes de ce que tu achètes et vas manger.

C'est de la folie, à quel point "on" nous dicte quoi acheter, quoi manger, comment se soigner, etc...

jujube2
 Posté le 15/02/2020 à 18:48 
Aller en bas de la page Revenir au message précédent Revenir en haut de la page
  Maître astucien

regedice a écrit :

La dictature n'existe plus selon toi ?

Regarde bien les étiquettes de ce que tu achètes et vas manger.

C'est de la folie, à quel point "on" nous dicte quoi acheter, quoi manger, comment se soigner, etc...

j' adore le parallèle entre "on nous dicte" et "dictature" ! belle tentative d' étymologie

beorcs
 Posté le 15/02/2020 à 18:49 
Aller en bas de la page Revenir au message précédent Revenir en haut de la page
  Astucien

Ping59 a écrit :

Tout faux Super_Gégé

La situation est déjà grave et ça frémit à peine.

Les politiques ne bougent que lorsqu'il est trop tard (la catastrophe a eu lieu) ou quand la situation est désespérée.

Et évidemment c'est la faute des "autres". Qui sont les autres???

Bien vue, ta remarque,

Mais je trouve aussi que sur ce genre de sujet, les contributions de Super Gégé sont parmi les rarissimes lucides : déflagration de la bombe démographique, et, écrit-il entre autres,

  • "- disparition quasi totale de la biodiversité dans moins d'une génération
  • chaleur et manque d'eau qui vont limiter ou détruire les récoltes et créer de grandes famines.
  • nouvelles épidémies tropicales et dérèglement climatique, réfugiés climatiques...
  • crise de l'énergie"

Aussi alarmant soit ce constat, "on" joue en effet à "demander de classer les ordures dans des poubelles de couleur ou de ramener les bouteilles vides"

________On hésite à qualifier ça d'incompétence notoire et crasse, ou de cynisme et de foutage de gueule : sans doute, les deux...

Aussi :

_______________________

Je pense qu'il faudrait vraisemblablement être à tous, pour cocher la case, si nous voulions éviter que d'autres la cochent à notre place.

_________________________________________________________Et effectivement ce n'est pas demain la veille, vu la régression sociale et le "chacun pour son nombril" actuels.

___Du coup, je pense qu'on va avoir droit aux 2 : la dictature "verte" au profit d'une mafia, et une formidable déflagration planétaire que l'humanité aurait pu atténuer, sinon éviter.

_________________________L'Avenir ? C'est de préparer dès maintenant la suite (l'après triple crash : environnemental, civilisationnel, et financier).



Modifié par beorcs le 15/02/2020 19:02
regedice
 Posté le 15/02/2020 à 20:58 
Aller en bas de la page Revenir au message précédent Revenir en haut de la page
  Astucien

jujube2 a écrit :

regedice a écrit :

La dictature n'existe plus selon toi ?

Regarde bien les étiquettes de ce que tu achètes et vas manger.

C'est de la folie, à quel point "on" nous dicte quoi acheter, quoi manger, comment se soigner, etc...

j' adore le parallèle entre "on nous dicte" et "dictature" ! belle tentative d' étymologie

Comment nommer tout ça alors ?

Je trouves que les industriels sont des dictateurs et que les gouvernements sont à leur solde !

jujube2
 Posté le 15/02/2020 à 21:07 
Aller en bas de la page Revenir au message précédent Revenir en haut de la page
  Maître astucien

tu n' as pas saisi le sens de la remarque !!! donc, je précise, tu utilises autre chose que "dicter", surtout en parlant d' étiquettes

Publicité
Pages : [1] 2 ... Fin
Page 1 sur 2 [Fin]

Vous devez être connecté pour poster des messages. Cliquez ici pour vous identifier.

Vous n'avez pas de compte ? Créez-en un gratuitement !


Les bons plans du moment PC Astuces

Tous les Bons Plans
Gratuit3 mois d'abonnement à Amazon Music Unlimited gratuits
Valable jusqu'au 05 Avril

Amazon vous permet d'essayer son service de streaming musical pendant 3 mois gratuitement. Avec Amazon Music Unlimited, accédez à plus de 50 millions de titres, sans publicité et en illimité sur tous vos appareils : smartphone, tablette, PC/Mac, Fire, Alexa. Vous avez même la possibilité de télécharger vos playlists pour des écoutes hors connexion. A la fin de ces 3 mois, vous pourrez basculer vers l'offre payante à 9,99 € / mois ou bien arrêter sans frais le service. A noter l'existence d'une offre famille à 14,99 € / mois qui permet jusqu'à 6 utilisateurs d'écouter leur musique à tout moment et sur leurs appareils préférés. Vous pouvez annuler l'abonnement à tout moment.


> Voir l'offre
GratuitOffres gratuites pour s'occuper pendant le confinement
Valable jusqu'au 05 Avril

Que cela soit pour faciliter le télétravail, favoriser l'enseignement à domicile ou se divertir, de nombreux services vous sont actuellement offerts afin de vous aider pendant le confinement dû au COVID-9.

Liste mise à jour le 02/04 avec notamment de nombreux jeux de société à imprimer.


> Voir l'offre
24,99 €Fire TV Stick Basic Edition à 24,99 €
Valable jusqu'au 05 Avril

Amazon fait une promotion sur la nouvelle version de sa clé HDMI Fire TV Stick Basic Edition qu'il propose à 24,99 € au lieu de 39,99 €. Cette clé HDMI à brancher sur votre TV possède un processeur quadricoeur, 1 Go de RAM et 8 Go d'espace de stockage, le WiFi et le bluetooth. Une télécommande est fournie. Avec elle, vous allez pouvoir voir facilement Prime Video, Netflix, YouTube, Spotify sur votre TV Full HD. Cette nouvelle version est désormais compatible Alexa et possède une télécommande améliorée (avec plus de boutons de contrôle). Si vous avez une TV 4K, tournez-vous vers le nouveau modèle Fire TV Stick 4K qui gère les contenus en Ultra HD et qui est actuellement en promotion à 44,99 € (au lieu de 59,99 €). 


> Voir l'offre

Sujets relatifs
Devrez-vous devenir cannibale pour sauver la planète ? 👾
Une ONG veut imposer 1 taxe sur la viande pour en réduire la consommation
Poutine va-t-il modifier la Constitution pour rester « président à vie » ?
Un pot de fleur pour chauffer la cellule d'une caravane ou fourgon
Erwann Menthéour : "Nous avons cinq ans" pour sauver la biodiversité
Il est dangereux pour la santé d'utiliser son smartphone aux toilettes
💰Une piste pour financer la transition énergétique...
Décès de Claude Lanzmann - Une Vie pour la Mémoire -
Le réchauffement de la planète s'accélère-t-il ?
Il y a un ou une ''Penelope Garcia'' dans la salle ?
Plus de sujets relatifs à Faudra-t-il une dictature verte pour sauver la planète ?
 > Tous les forums > Forum À côté