> Tous les forums > Forum À côté
 Le vol des diamants de la couronne.
Ajouter un message à la discussion
Pages : [1] 2 ... Fin
Page 1 sur 2 [Fin]
lepèrelapuce
  Posté le 24/08/2021 @ 13:23 
Aller en bas de la page 
Petit astucien

22 juin 1791...

La fuite du roi et de la famille royale a lamentablement échoué à Varennes.

Cette équipée, mal préparée, a créé par toute la France, mais surtout à Paris, une ambiance extrarordinaire, a déclenché un choc psychologique que nous imaginons difficilement, maintenant.

*

Ainsi, le voyage fut marqué d'incidents tragiques ou grotesques.

Voilà enfin Paris.

"La voiture du roi paraissait comme au milieu d'une forêt de baïonnettes.

La garde nationale qui gardait le boulevard avait le fusil renversé, comme en un jour de deuil...

Lorsque le cortège approcha des Tuileries, les imprécations, les injures, les menaces les plus atroces retentirent de toute part..."

*

Quinze siècles d'amour et de respect pour la royauté viennent de disparaître dans un raz de marée de fureur populaire.

La France entière a la fièvre.

Dans certains régiments, tous les officiers désertent.

Les nobles et les prêtres émigrent en masse.

La guerre gronde aux frontières.

On efface sur les enseignes les fleurs de lys et, sur les plaques des rues, le mot "royal".

Le brasseur Santerre arme deux mille sans-culottes dans le faubourg Saint-Antoine.

Le gouvernement est débordé.

La constituante vote des motions contradictoires.

Il n'y a plus, à Paris, de vraie police.

Des bandes de brigands attaquent impunément les bourgeois.

Les gens paisibles se terrent chez eux, les révoltés tiennent la rue.

*

Comment, dans une pareille atmosphère, les bruits les plus extraordinaires ne circuleraient-ils pas ?

Plus ils sont insensés, plus ils trouvent créance.

Non, le roi ne s'est pas enfui... il a été enlevé et repris.

Pour permettre cet enlèvement, il a fallu acheter d'innombrables complicités.

D'où venait l'argent ?

*

Mais ce n'était pas seulement le roi que les aristocrates voulaient prendre comme otage.

Ils voulaient, aussi, disait-on, s'emparer de richesses tangibles, de ce que la France avait de plus précieux.

Le 25 juin, quelques jours après la fuite de Varennes, un député de la constituante s'écrie:

-Les ennemis de la nation n'attendent qu'une occasion pour s'emparer des diamants de la couronne!"

Les diamants de la couronne ?

Mots prestigieux qui résonnent étrangement aux oreilles des Parisiens.

La couronne de France possède les plus beaux gemmes et bijoux du monde.

Chaque roi a tenu à honneur d'accroître la collection créée par François 1er.

*

Ces merveilles sont rassemblées dans le garde-meuble, magnifique hôtel à colonnades construit par Gabriel sur le côté nord de la place Louis XV (place de la Concorde),

c'est-à-dire dans le bâtiment qui abrite actuellement le ministère de la marine.

Depuis le début du règne de Louis XVI, ils sont confiés à la garde de Lemoine-Crécy, un parfait honnête homme, au-dessus de tout soupçon.

*

Ces pierreries, ces objets d'or massif, ces antiques, les Parisiens les connaissent bien.

Chaque mardi, de Pâques à la Saint-Martin, ils ont pu les admirer: c'était un des buts de promenade préférés du populaire.

Sous l'œil débonnaire des gardes-françaises, on se pressait devant les vitrines.

"Celui-là, le plus beau, c'est le "Régent"... Même dans l'Inde, il n'en on pas un aussi gros.

Il vaut le prix d'une province...

"... Les gros rouges, c'est des rubis. Ils ont été apportés par le bonne reine Anne de Bretagne.

"...Dix-huit gros diamants ? Les "Mazarins".

Fallait-il qu'il ait volé le peuple pour être aussi riche, celui-là!

"...Voilà la chapelle tout en or offerte par Richelieu à Louis XIII.

C'est du beau travail....

"Et le hochet du dauphin ?

Rien que de l'or et des diamants.

Si c'est permis, tout de même..."

Le bon peuple admirait avec, sans doute, une pointe d'envie.

Mais aussi de fierté, puisque la personne royale se confondait avec l'état.

*

C'est dire quels échos ont trouvé, dans les sections parisiennes, les paroles prononcées par un député de la Constituante.

Pour calmer l'opinion surexcitée, Lameth propose que soit dressé un inventaire précis de ce fabuleux trésor qui appartient désormais à la Nation et qui fait l'objet de tant de convoitises.

Trois députés sont nommés commissaires: Bron, Christin et Delattre.

Ils s'entourent de onze experts et, après trois mois de travail, déposent (exactement le 22 septembre 1791) sur le bureau de l'Assemblée, un inventaire complet.

Ils ont dénombré, en particulier, neuf mille cinq cent quarante-sept diamants.

L'ensemble est évalué à la somme fabuleuse de 12 milliards d'euros d'aujourd'hui, ce qui fait sensation.

*

Désormais, les visites des collections sont autorisées chaque lundi.

Nombreux sont les badauds, parmi lesquels on remarque beaucoup de visages patibulaires.

Lemoine-Crécy s'inquiète.

On ne prend pas ses craintes au sérieux.

Il devient même si ennuyeux que, en été 1792, il est remplacé par Restou, dont on ne sait rien, sinon qu'il est un protégé, une créature de Roland.

*

Septembre 1792!

La patrie est en danger!

Une coalition de toute l'Europe envahit la France.

Longwy vient de tomber.

A l'intérieur, Montagnards et Girondins, Législative et commune de Paris commencent une guerre sans merci.

On projette le transfert des pouvoirs publics dans les départements du Centre et du Midi.

Chômage... famine imminente; les assignats perdent 40% de leur valeur.

Partout, on dénonce des complots contre la Nation.

D'horribles massacres ont eu lieu dans les prisons de Paris.

D'une semaine à l'autre, Paris risque d'être envahi par l'ennemi, d'être soumis à une "répression militaire".

Pendant ces heures tragiques, les richesses du garde-meuble sont mises sous scellés... mais les scellés ne sont pas gardés.

Les nouvelles tragiques se succèdent.

Les comités siègent sans désemparer.

Les volontaires partent vers les frontières.

On craint de nouveaux massacres et l'on voit partout des complots.

*

C'est dans cette atmosphère que, le 17 septembre 1792, Roland monte à la tribune de la Convention.

D'une voix tremblante, au milieu d'un silence consterné, le chef des Girondins et ministre de l'intérieur annonce:

Le garde-meuble vient d'être forcé et pillé, et les diamants ont disparu.

Cet acte inouï n'a pu avoir lieu que sous le couvert d'une vaste machination.

*

Indirectement, mais clairement, Roland accuse ses ennemis, Danton et Fabre d'Églantine.

Indignés, ceux-ci, à leur tour, accusent... Roland et ses amis.

Dans son "Ami du Peuple", Marat dénonce un complot des aristocrates.

*

Personne n'imagine qu'on soit en présence d'un vol banal.

Les gens bien informés, comme l'opinion publique, pensent qu'il s'agit d'une ténébreuse affaire politique.

Mais chacun en accuse ses propres ennemis.

Que s'est-il passé ?

On ne le saura jamais exactement.

Voici, au moins, la reconstitution la plus vraisemblable de cet acte de banditisme qui est certainement le plus insolite de notre Histoire.

**

**

Dans la nuit du 11 au 12 septembre, une trentaine de malandrins, armés d'échelles de cordes, ont grimpé jusqu'à la colonnade qui fait face à la place.

Par les fenêtres du premier étage, ils ont pénétré dans les salles réservées au Trésor.

Ils ont brisé les vitrines et se sont emparés de centaines de gemmes et de petits objets d'art.

*

Comment ont-ils pu opérer aussi tranquillement ?

Parce qu'une vingtaine de leurs complices, déguisés en gardes-nationaux, ont patrouillé au pied du monument et ont écarté les rares promeneurs... et les vrais gardes-nationaux.

*

Vers une heure du matin, les bandits se sont retrouvés sur les bords de la Seine et ont procédé au partage du butin.

Non sans violentes disputes et quelques bagarres.

*

Le lendemain matin, les rares gardiens, - dont le chef se nomme Sergent - trouvent au rez-de-chaussée les scellés intacts et ne se doutent donc de rien.

*

Avec un aplomb qui ferait croire qu'ils bénéficient d'appuis puissants, les brigands recommencent leur expédition le 13 septembre!

Et une troisième fois dans la nuit du 14 au 15.

*

Le Palais-Royal était alors, comme on disait, la "capitale" de Paris.

Parmi les promeneurs qui déambulaient dans la fameuse " galerie de bois", se poursuivaient les spéculations les plus étranges et les moins honnêtes.

*

Le 16, au matin, des individus à mine peu engageante y proposaient, pour des sommes dérisoires, des poignées de diamants.

Un honnête citoyen alla dénoncer ce trafic au commissaire de police de la section du Pont-Neuf.

Il fut accueilli sans aucune amabilité.

Devant l'insistance de cet honnête homme qui suggérait que ces richesses venaient peut-être du garde-meuble, le commissaire daigna enfin se rendre sur place.

Ayant constaté que les scellés étaient toujours intacts, il ne poussa pas plus loin son enquête.

*

Dans la nuit du 16 au 17 septembre, les bandits reviennent pour la quatrième fois.

Ils sont d'ailleurs peu nombreux.

Deux d'entre eux atteignent la corniche du premier étage, quand ils sont repérés par une patrouille de gardes-nationaux... authentiques, ceux-là.

*

Mis en joue, les voleurs, tout penauds, se livrent et font ensuite des aveux complets.

Cette fois, Pétion, maire de Paris, ordonne une enquête serrée.

On constate alors que le trésor de la Nation a été mis à sac.

Même, un honnête passant rapporte une énorme émeraude, sans doute tombée d'une poche, qu'il vient de ramasser dans le ruisseau.

*

Le 21 septembre, avec une hâte singulière, le tribunal criminel, sous la présidence de Lavau, juge les deux bandits pris sur le fait, Chabert et Douligny.

Pour sauver sa tête, Douligny dénonce une quinzaine de complices qui appartiennent à la lie du peuple et qui avaient préparé leur coup dans des bouges voisins des Halles ou de la Cité.

*

Chabert et Douligny sont condamnés à mort, mais ils ne seront jamais exécutés.

On ne sait même pas s'ils ont été emprisonnés.

*

Un deuxième procès a lieu quelques semaines plus tard.

Badarel et Depeyron, bandits de droit commun, sont condamnés à mort.

L'exécution aura lieu le lendemain.

*

Au moment où le bourreau lui coupe les cheveux, Depeyron sanglote, dit qu'il sait beaucoup de choses, mais ne fait aucun aveu précis.

On a l'impression qu'il attend quelqu'un ou quelque chose.

Il va monter dans la charrette fatale.

Il s'arrête et se penche à l'oreille de Pépin, président de la première section.

Celui-ci ordonne immédiatement le sursis.

On perquisitionne chez le condamné et en sa présence, dans les lieux d'aisance de son garni (hôtel de Liège, au cloître Sainte-Opportune) et on y trouve un sac contenant une centaine de diamants.

Mais "Depeyron "vend" plusieurs de ses complices, ce qui lui sauve la vie.

*

A quelque temps de là, Sergent, l'un des commissaires dont la négligence a permis la série de vols, reçoit, (ou dit avoir reçu) un lettre anonyme indiquant que des objets précieux se trouvent dans un ruisseau de l'allée de Veuves

(notre avenue Montaigne) qui était alors un lieu sinistre.


Sergent y "découvre" en effet toute une collection de pièces de valeur... et s'approprie ingénument une splendide agate...

qu'il est obligé d'ailleurs de restituer un peu plus tard, ce qui lui vaudra, pour le reste de ses jours, le surnom de Sergent Agathe.

*

Ce Sergent, curieux homme, graveur de talent, et beau-frère du général Marceau, fut chargé (malgré les soupçons qui pesaient sur lui) d'enquêter sur cette affaire plus étrange à mesure qu'on l'approfondissait.

Grâce à lui et à sa fertile imagination, on retrouva chez une négresse, nommée Corbin, d'autres gemmes.

Voici son récit auquel nul n'a jamais ajouté foi:

Étant membre du comité de surveillance des prisons, le hasard de ses fonctions le conduisit dans la cellule d'un condamné à mort.

Le misérable avait un repoussant aspect.

Sa barbe avait tellement grandi qu'il avait l'air d'un singe.

Il se lamentait de devoir mourir ainsi enlaidi.

Il était perruquier, se nommait Lamy-Évette, et son système pileux le préoccupait plus que le couperet de Sanson.

Le règlement interdisait de raser les condamnés car on craignait qu'ils tentent de se donner la mort.

Sergent-Marceau, ému des larmes du perruquier, passa outre.

On appela un confrère du malheureux "merlan", qui lui rendit un aspect humain.

Lamy Évette en témoigna à Sergent une touchante gratitude.

*

Sergent avait, dit-il, oublié cet incident, quand, quelques mois plus tard, une citoyenne vint le voir, afin de lui confier un grand secret: c'était une mulâtresse du nom de Rose Corbin.

Elle tenait un bouge dans la cité.

- Il y a quelques mois, dit-elle, vous avez rendu un immense service à une personne dans le malheur.

Il veut vous témoigner de sa reconnaissance.

Mais avant de vous revoir, il vous demande votre parole d'honneur de ne pas le dénoncer, quoiqu'il vous apprenne.

Sergent promit et, le lendemain, un inconnu vint le voir.

- Me reconnaissez-vous, citoyen Sergent ?

Et comme Sergent répondait négativement, l'homme lui avoua qu'il était Lamy-Évette, ancien condamné à mort ayant miraculeusement échappé à la guillotine.

Sergent suivit le perruquier dans les combles d'une maison en ruines (dont il n'a jamais donné l'adresse) et là, dans le creux d'une poutre, il retrouva... le Régent!

Sergent rendit le plus beau diamant du monde à la Convention et refusa dignement toute prime.

Malheureusement pour la crédibilité de son récit, on détient une pièce comptable de février 1797, délivrant une somme de six mille livres à la citoyenne Rose Corbin,

"pour avoir procuré au gouvernement la découverte des voleurs de l'affaire du garde-meuble".

Autre incident bien curieux: la police arrêta un certain Retour, qui tenait une auberge rue des fossés Saint-Germain l'Auxerrois.

Il était soupçonné de savoir beaucoup de choses.

Bien "cuisiné", il se"mit à table" et dénonça un jeune bandit âgé de dix-sept ans, qui habitait chez ses parents, rue Saint-Dominique, où ils étaient brocanteurs: il se nommait Mauger.

*

Apprenant l'arrestation de son fils, papa Mauger entra dans une grande colère et menaça de faire des révélations sensationnelles au moment du procès.

Le lendemain matin, on le découvrit empoisonné dans son échoppe, auprès du cadavre égorgé de sa femme.

Et le fils Mauger mourut en prison.

*

On arrêta aussi une dizaine de comparses qui furent jugés en plusieurs fois, ce qui évitait des confrontations gênantes.

Les accusateurs publics - se donnant le mot - virent dans la série de cambriolages un coup monté par les Aristocrates, sans apporter - et pour cause - la moindre preuve à l'appui de cette hypothèse.

*

Nous allons nous permettre de faire une supposition.

Elle n'est pas étayée sur des preuves formelles, mais a le mérite d'être vraisemblable et bien dans le "climat" de cette époque extraordinaire.

*

La situation de la France était, en septembre 1792, on ne peut plus critique et ce fut la victoire de Valmy qui sauva Paris et la nation.

*

Or, il y a un mystère de Valmy qui n'a jamais été et ne sera jamais éclairci... Brunswick donna un ordre de repli qu'aucune considération stratégique ne pouvait véritablement expliquer.

Il battit en retraite sans raison, après une canonnade qui lui avait causé peu de pertes.

Napoléon a soutenu que cette retraite lui semblait mystérieuse.

C'est l'opinion de presque tous les historiens.

*

En revanche, il est certains que des conciliabules se tenaient secrètement, tandis que les armées se battaient.

Il est établi que Billaud -Varenne avait quitté Paris le 3 septembre et qu'il rencontra dans l'est des émissaires du roi de Prusse, dont un certain Westermann.

*

Les ministres du roi de Prusse et le duc de Brunswick auraient-ils consenti à évacuer la France... contre une somme considérable, versée d'une manière "discrète" ?

*

Billaud-Varenne aurait promis trois millions provenant du pillage des Tuileries, au lendemain du 10 août.

Le clan adverse aurait trouvé la somme insuffisante et aurait menacé d'intensifier la campagne.

Mis au courant des tractations, le député Panis aurait suggéré qu'on "trouva" le complément au garde-meuble... et son avis aurait été suivi.

*

"Il était nécessaire de ramasser assez d'argent pour corrompre les ministres prussiens, et les diamants du garde-meuble y pourvurent", lit-on dans les "Mémoires" du baron d'Allouville, à qui nous empruntons les éléments de notre hypothèse.

*

On peut donc croire que Danton, ministre de la Guerre, manigança le cambriolage du 11 et 12 septembre, et laissa faire les suivants par de simples bandits, afin de brouiller les pistes.

Les grosses pièces, trop connues dans le monde entier, étaient invendables.

Elles furent donc récupérées lors de "révélations" plus ou moins rocambolesques.

Un fait est certain!

Valmy a eu lieu une semaine après le cambriolage...

*

Une autre incidence, bien curieuse, date de 1805.

Une bande, commandée par un certain Bourgeois, fabriquait de faux billets de banque.

Elle fut découverte.

Bourgeois et ses complices passèrent devant le jury criminel.

Ils encouraient la peine de mort.

*

Parmi les accusés, il y avait un ancien "pandour", nommé Baba, qui fit la déclaration suivante:

-Si l'on me condamne, j'implorerai avec confiance la miséricorde de l'Empereur.

Sans moi, Napoléon ne serait pas sur le trône.

Stupeur des juges et du public.

Imperturbable, Baba continua:

- J'étais un des voleurs du garde-meuble.

J'avais aidé mes complices à enterrer, dans l'allée des Veuves, le Régent et d'autres objets reconnaissables dont la possession les auraient trahis.

Sur la promesse que l'on me fit de me gracier, je révélai la cachette.

Le Régent en fut tiré, et vous n'ignorez-pas, Messieurs de la Cour, que ce magnifique diamant fut engagé par le premier Consul entre les mains du gouvernement batave

afin de se procurer les fonds dont il avait le plus grand besoin après le 18 brumaire...

*

Baba ne fut pas condamné à mort.

Il fut interné à Bicêtre où il bénéficia d'un régime de faveur, ce qui lui permit de s'évader avec le minimum de difficultés.

*

Son récit infirme les déclarations de Depeyron comme de Sergent.

Napoléon n'a jamais fait allusion à ce prêt... mais pourquoi Baba n'a-t-il pas eu la tête tranchée comme ses complices de l'affaire Bourgeois ?

C'est un mystère de plus à ajouter à tous les autres...



Modifié par lepèrelapuce le 28/08/2021 15:57
Publicité
Jean_Aymard
 Posté le 24/08/2021 à 16:58 
Aller en bas de la page Revenir au message précédent Revenir en haut de la page
  Astucien

Salut

Ah, ça ira, ça ira, ça ira
Les aristocrates à la lanterne
Ah, ça ira, ça ira, ça ira
Les aristocrates, on les pendra
Le châtiment pour vous s'apprête
Car le peuple reprend ses droits
Vous vous êtes bien payé nos têtes
C'en est fini, messieurs les rois
Il faut plus compter sur les nôtres
On va s'offrir maintenant les vôtres
Car c'est nous qui faisons la loi

lepèrelapuce
 Posté le 24/08/2021 à 17:25 
Aller en bas de la page Revenir au message précédent Revenir en haut de la page
Petit astucien

Passionné par l'histoire de notre pays, pour ma part je ne crache pas sur nos rois comme l'a fait la république; celle-ci n'étant pas exempte de reproches non plus.

Cette histoire entre autres, le démontre, si besoin est.

Jean B
 Posté le 24/08/2021 à 17:57 
Aller en bas de la page Revenir au message précédent Revenir en haut de la page
Astucien

Bonjour,

Les Républicains de 1792 ne se couvrirent pas de gloire en faisant guillotiner Louis XVI puis Marie-Antoinette.

Comme toi, " je ne crache pas sur nos rois comme l'a fait la République; celle-ci n'étant pas exempte de reproches non plus."

Jean_Aymard
 Posté le 24/08/2021 à 18:03 
Aller en bas de la page Revenir au message précédent Revenir en haut de la page
  Astucien

Bonsoir

Et bien moi je suis reconnaissant à tous ceux qui se battus pour moi, ma liberté, mes droits sociaux,

et me permettent aujourd'hui de profiter de la Sécurité Sociale, de la retraite, de vacances.

Ce qui est loin d'être le cas de très nombreux Pays sur cette Terre.

Nous n'avons pas besoin comme en GB, ou aux USA par exemple de travailler jusqu'à la fin, si nous ne sommes pas riches

lepèrelapuce
 Posté le 24/08/2021 à 19:18 
Aller en bas de la page Revenir au message précédent Revenir en haut de la page
Petit astucien

Jean_Aymard, la royauté s'est battue pendant plus de mille ans pour la liberté des Français.

Combien d'invasions repoussées ?

Tu as un regard d'aujourd'hui qui oublie que le peuple, malgré ce que l'on pense, aimait ses rois, même dans la pauvreté ou inégalités.

C'est un paradoxe mais c'est pourtant vrai. Paris n'était pas les provinces. Louis XVI n'était pas détesté par tout le peuple.



Modifié par lepèrelapuce le 24/08/2021 19:19
txuku
 Posté le 25/08/2021 à 08:02 
Aller en bas de la page Revenir au message précédent Revenir en haut de la page
  Astucien

Bonjour

Les diamants sont revenus grace a un monsier Destin !

Jean_Aymard
 Posté le 25/08/2021 à 08:51 
Aller en bas de la page Revenir au message précédent Revenir en haut de la page
  Astucien

lepèrelapuce a écrit :

Jean_Aymard, la royauté s'est battue pendant plus de mille ans pour la liberté des Français.

Combien d'invasions repoussées ?

Bonjour

Tu te fous de moi

La royauté défendait son pré-carré, le peuple crevait de faim et se fichait des invasions.

Pourquoi aurait-il été plus malheureux avec des envahisseurs qu'avec ceux qui exploitait ?

Tu crois que les gaulois ont été plus malheureux avec les Romains qu'avant ?

Tu crois que ces mêmes peuples ont été plus malheureux après l'invasion des Francs ?

Tu crois que les normands ont été plus malheureux quand ils sont passé sous domination des Normands

Je ne pense pas que le peuple ait été plus heureux sous Louis XIV qu'avant ou après, il était exploité et devait faire vivre le Roi, ses maitresses, tous les Nobles, et le Clergé.

Louis XVIII, Charles X, Louis Philippe et Napoléon III n'ont rien compris, et depuis nous sommes en République.

Rien n'est parfait, je sais bien, mais nous nous améliorons tous les jours, et ce sont nos élus (du Tiers Etat) qui décident de l'avenir de la France

Je suis 100% reconnaissant à tous ceux qui ont mis fin à cette exploitation de l'homme par l'homme

Je sais bien que tout n'est pas fini, et que les "passe-droits" existent toujours, mais je crois l'avenir.



Modifié par Jean_Aymard le 25/08/2021 08:54
lepèrelapuce
 Posté le 25/08/2021 à 13:55 
Aller en bas de la page Revenir au message précédent Revenir en haut de la page
Petit astucien

le peuple crevait de faim et se fichait des invasions.

J'en doute fort. Si tu avais été un paysan de l'époque, je ne pense pas que tu aurais été ravi de voir débarquer des brigands, sarrasins, vikings et autres anglais pendant que tu cultivais ton champ.

Tu oublierais vite ta faim en souhaitant que le seigneur (Propriétaire féodal) dont tu dépends, viennent te protéger.

Pauvre ou riche, l'invasion, les pillages et l'occupation de son sol par l'ennemi... on ne doit pas être beaucoup à vouloir le vivre et ce, quelques soient les époques.

Les rois et seigneurs avaient besoin du bas peuple mais vice versa. Le paysan était bien content d'être protégé par le seigneur ou le pouvoir royal en cas de besoins.

Il en a toujours été ainsi, même aujourd'hui. Le bas a besoin du haut et réciproquement.

Ensuite, que tu le veuilles ou non, les rois ont bâti la France. Ils ont chacun sous leur règne, apporté une pierre à l'édifice pour le bien commun; même pour les pauvres.

Certes, ça a été très long et sanglant mais il y a toujours eu du "mieux" sous chaque rois.

D'un petit royaume de France, ils lui ont donné la taille que l'on a de nos jours.

Les rois on aussi fait régner l'ordre contre les brigandages divers et permanents et remis certains seigneurs tyranniques dans le droit chemin évitant ainsi l'anarchie et la dislocation du pays.

Attention, je ne dit pas que tout a été rose du temps des royautés; je répète que j'ai du respect pour tout ce qu'ils nous ont légué.

Mais en parlant de malheur et en poursuivant ta litanie; tu penses sincèrement que sous la république il n'y a plus eu de famines, brigands, massacres, privilèges, guerres, passe-droits, élus et élites intéressés (sans maîtresses ?)

et que le petit peuple a été plus heureux sans qu'on s'enrichisse sur son dos ?

Là c'est toi qui te moque de moi...

Tu as la vision de notre époque, trop éloignée, pour juger correctement les rapports qu'avait le peuple d'alors avec la royauté.

Quand à tes fameux députés de la convention, ils n'ont même pas voulu l'avis du peuple (de Paris - qui n'est pas tout le peuple) pour savoir si celui-ci souhaitait la mort du roi ou non...

L'élite a décidé, pas de place pour l'avis du "citoyen".

Alors, vive la république et ses valeurs!



Modifié par lepèrelapuce le 25/08/2021 13:58
Publicité
Jean_Aymard
 Posté le 25/08/2021 à 19:20 
Aller en bas de la page Revenir au message précédent Revenir en haut de la page
  Astucien

Bonsoir

Tu as du sang bleu pour raconter de telles inepties !

Je te rappelle que le peuple s'est révolté en 1789 parce qu'il crevait de faim.

Je te rappelle aussi que Maximilien de R. était un petit noble

Il suffit de regarder notre sort et celui des Anglais qui ont encore un Roi pour savoir où se situe la vérité

Patrick.Paquet
 Posté le 25/08/2021 à 19:36 
Aller en bas de la page Revenir au message précédent Revenir en haut de la page
Astucien

Bonsoir

je crois surtout qu'il n'existe personne de vivant pour corroborer dans un sens comme dans l'autre.



Modifié par Patrick.Paquet le 25/08/2021 19:38
lepèrelapuce
 Posté le 25/08/2021 à 19:58 
Aller en bas de la page Revenir au message précédent Revenir en haut de la page
Petit astucien
Jean_Aymard a écrit :

Bonsoir

Tu as du sang bleu pour raconter de telles inepties !

Je te rappelle que le peuple s'est révolté en 1789 parce qu'il crevait de faim.

Je te rappelle aussi que Maximilien de R. était un petit noble

Il suffit de regarder notre sort et celui des Anglais qui ont encore un Roi pour savoir où se situe la vérité

Non, pas de sang bleu; très loin de là bien au contraire. Juste une fascination pour les personnages qui ont façonné notre pays.

Je te l'ai dis, on pouvait être pauvre et aimer son roi à l'époque.

Ta réponse démontre que tu ne veux pas comprendre ce que j'ai décris plus haut.

Tu penses qu'après 1793 le peuple ne crevait plus de faim ?

A bas le roi! A bas le roi! A bas le roi!.... C'est un peu trop simpliste comme raisonnement.

Dommage que tu renies 1000 ans de la splendeur de la France pour ne retenir que de bon, la république, qui, j'insiste, a autant de sang sur les mains que la royauté.

lepèrelapuce
 Posté le 25/08/2021 à 20:04 
Aller en bas de la page Revenir au message précédent Revenir en haut de la page
Petit astucien
Patrick.Paquet a écrit :

Bonsoir

je crois surtout qu'il n'existe personne de vivant pour corroborer dans un sens comme dans l'autre.

Il y a l'histoire, qui permet de connaître et comprendre.

Il faut aussi avoir la capacité à "s'extraire" de notre époque pour se plonger dans d'autres et s'imaginer y vivre afin de "ressentir" la vie de ces temps.

Ce n'est pas donné à tout le monde.

Patrick.Paquet
 Posté le 25/08/2021 à 20:13 
Aller en bas de la page Revenir au message précédent Revenir en haut de la page
Astucien

lepèrelapuce a écrit :

Il y a l'histoire, qui permet de connaître et comprendre.

Nuance.

On a les écrits de cette histoire, telle que les "écrivains" des époques successives l'ont transcrite.

Donc cela ramène à ma phrase précédente "il n'existe personne de vivant pour corroborer dans un sens comme dans l'autre", ceci dans le cadre de vos échanges avec Jean_Aymard....et rien d'autre.

Bonne soirée.



Modifié par Patrick.Paquet le 25/08/2021 20:31
lepèrelapuce
 Posté le 25/08/2021 à 20:32 
Aller en bas de la page Revenir au message précédent Revenir en haut de la page
Petit astucien

Donc cela ramène à ma phrase précédente "il n'existe personne de vivant pour corroborer dans un sens comme dans l'autre", ceci dans le cadre de vos échanges avec Jean_Aimard....et rien d'autre.

Je n'ai pas dit le contraire, même sans nuance.

Nous avons la connaissance, qui permet d'échanger et d'avoir une opinion sur l'histoire. Pas besoin de déterrer les morts pour vérifier la véracité de mes dires.



Modifié par lepèrelapuce le 25/08/2021 20:39
doubleton
 Posté le 25/08/2021 à 20:38 
Aller en bas de la page Revenir au message précédent Revenir en haut de la page
Astucien

Re,

Petit bémol en passant:

"L'Histoire est écrite par les vainqueurs".

Si Hitler avait gagné la guerre,nos livres d'histoire seraient bien différents aujourd'hui!

lepèrelapuce
 Posté le 25/08/2021 à 20:42 
Aller en bas de la page Revenir au message précédent Revenir en haut de la page
Petit astucien

"L'Histoire est écrite par les vainqueurs".

Sur le coup, ce que tu dis est vrai.

D'où le travail postérieur des historiens et des archéologues pour confirmer ou pas.



Modifié par lepèrelapuce le 25/08/2021 20:43
Publicité
Patrick.Paquet
 Posté le 25/08/2021 à 20:44 
Aller en bas de la page Revenir au message précédent Revenir en haut de la page
Astucien

Pas besoin de déterrer les morts pour vérifier la véracité de mes dires.

je crois que l'on s'est pas compris.

Comment pouvez vous être sur que tout ce qui écrit dans les livres d'histoires et autres écrits est vrai, ou que cette histoire n'est pas enjolivée, détournée, cachée...etc.

Donc vos dires sont fondés sur ces écrits dont personne ne peut prouver la véracité exacte. Et même les historiens et archéologues qui eux se basent entre autre sur des vestiges ne font toujours que supposer.

Personnellement, je ne crois pas à tout ce qui est écrit, que ce soit dans les parchemins, livres d'histoire, écrits historique, écrits religieux....et de nos jours Internet.

Mais peu importe, mon intervention n'avait que pour but de faire baisser une certaine tension entre vous et Jean, rien d'autre. (bis)

La prochaine fois je m'absentiendrais.



Modifié par Patrick.Paquet le 25/08/2021 20:46
lepèrelapuce
 Posté le 25/08/2021 à 20:49 
Aller en bas de la page Revenir au message précédent Revenir en haut de la page
Petit astucien

Rassure toi, pour ma part il n'y a aucune tension avec personne. Juste un désaccord profond.

Mais ton raisonnement est étrange.

Tu ne crois à rien d'historique ?

txuku
 Posté le 25/08/2021 à 20:51 
Aller en bas de la page Revenir au message précédent Revenir en haut de la page
  Astucien

Assez d accord Patrick_Paquet !!!

Mais quand j ai appris que l homme avait des centaines de millions d annees et non 10000 ans je me suis senti mieux !

beorcs
 Posté le 25/08/2021 à 20:55 
Aller en bas de la page Revenir au message précédent Revenir en haut de la page
  Astucien

lepèrelapuce a écrit :

Ta réponse démontre que tu ne veux pas comprendre ce que j'ai décris plus haut.

Je pense que sans être radical, on ne fait pas une omelette sans casser des oeufs.

Il faut se rappeler tout de même les révoltes paysannes, ouvrières, d'artisans et autres qui ont constellé le XVIIIième siècle. Et, à commencer par la mort de Louis XIV : les gens s'étaient massés pour cracher sur le cercueil du roi, tellement ils l'aimaient...

  • Les journées d’avril 1720 surviennent après la vague d’ordonnances répressives prononcées contre les oisifs, les mendiants et les vagabonds. La police arrête en pleine rue, des envois forcés vers la Louisiane sont opérés après qu’elle ait organisée des mariages forcés. Il y eut révolte avec massacres d’archers et d’exempts de police. L’enlèvement en pleine rue est intolérable.
  • En juillet 1720, l’émotion naît d’une situation inédite dans l’économie de l’Ancien Régime. On diminue la dette de l’État par une politique inflationniste non maîtrisée. C’est le système de Law : naît la légende du pauvre faisant fortune. La désillusion survient très vite et la colère monte ainsi que les échauffourées.
  • En 1725, une émeute populaire éclate faubourg Saint-Antoine. À son origine, une dispute entre une boulangère et sa cliente. Un soulèvement se forme, composé surtout de femmes ; les coups de feu de la garde n’y apportent aucun calme. Malgré répression et pendaisons, la ville reste violente de longs mois.
  • Juillet 1750 : des ordonnances de police sont rendues pour que soient enlevés puis enfermés des enfants de quatre à douze ans, nommés polissons, jouant dans les rues. La fièvre de l’émeute monte à grande vitesse. C’est une énorme émeute. Un mouchard sera pourchassé et lynché par la foule. La répression sera très violente avec exécution à mort ; les enfants seront libérés.
  • En mai 1775, voici la guerre des farines. Louis XV vient de mourir sans que quiconque le regrette.beaucoup de mouvements paysans se forment en Île-de-France, mais les autorités accoutumées à ce genre d’agitation ne semblent pas préoccupées, jusqu’à ce que la foule compacte entre dans Paris par les Porte-Saint-Martin et Vaugirard, pillant toutes les boulangeries. Et cela se fit dans la joie. En fait, depuis longtemps, régnait une lourde colère et Louis XVI ne répond pas aux attentes. Effrayée la police use de douceur avant que n’intervienne la répression.
  • Lyon 1744 : une première révolte pour un tarif minimal avait secoué la ville, et cette revendication revient régulièrement alimenter des conflits entre canuts et donneurs d'ordre.l'activité essentielle est le travail de la soie. Vivant au gré des commandes princières et alternant des périodes de prospérité et de crise, les deuils royaux ou les changements de mode à la Cour arrêtant brutalement les commandes, le milieu ouvrier est fortement touché lors des crises de débouchés. Lyon se révolte.
  • en août 1786, le lieutenant Bonaparte et un bataillon étaient venus pour calmer la « révolte des deux sous ».
  • En juin 1788, Grenoble se révolte, après la journée des Tuiles le 14 juin, la bourgeoisie prend la tête du mouvement.
  • Etc ...Etc. Et n'oublions pas les innombrables jacqueries, surtout au Nord de la Loire, dans les provinces comme les Pyrénées et Gascogne, il n'y a jamais eu de servage, c'est autre chose dans les provinces du Nord de la Loire.

.

La grande Révolution était en gestation depuis __au moins__le début du siècle.

Elle a vraiment explosé avec la menace des monarchies voisines de venir sur place remettre les français au pas.

La fuite du roi à Varennes a verrouillé les 2 décennies et le siècle suivant.

Patrick.Paquet
 Posté le 25/08/2021 à 20:58 
Aller en bas de la page Revenir au message précédent Revenir en haut de la page
Astucien

lepèrelapuce a écrit :

Tu ne crois à rien d'historique ?

Je n'ai pas dis cela.

L'histoire a toujours été la matière préférée lors de mes études.

Depuis la nuit des temps l'homme n'a fait qu'écrire l'information selon son propre ressenti ou parfois selon la vérité historique qu'il fallait transcrire sans que celle ci soit forcément exacte.

Vous m'excuserez mais je passe à autre chose.

lepèrelapuce
 Posté le 25/08/2021 à 21:10 
Aller en bas de la page Revenir au message précédent Revenir en haut de la page
Petit astucien
Patrick.Paquet a écrit :
lepèrelapuce a écrit :

Tu ne crois à rien d'historique ?

Je n'ai pas dis cela.

L'histoire a toujours été la matière préférée lors de mes études.

Depuis la nuit des temps l'homme n'a fait qu'écrire l'information selon son propre ressenti ou parfois selon la vérité historique qu'il fallait transcrire sans que celle ci soit forcément exacte.

Vous m'excuserez mais je passe à autre chose.

Ce que tu dis me laisse dubitatif, je te laisse donc volontier passer à autre chose...

Bonne soirée.

lepèrelapuce
 Posté le 25/08/2021 à 21:28 
Aller en bas de la page Revenir au message précédent Revenir en haut de la page
Petit astucien

beorcs,

Les germes de la révolution ont les connait. Les crimes de masse commis au nom de la république aussi.

Comme si sous ce régime tout était devenu subitement plus beau.

Plus de guerres, de corruption, de riches prenant au pauvres, de grèves, de mécontentements, de disettes, la fin de l'exploitation de l'homme avec sa fameuse déclaration des droits, bref, tout baigne depuis, quoi...

Il y a longtemps qu'elle a du plomb dans l'aile "la république"...



Modifié par lepèrelapuce le 25/08/2021 22:04
Jean_Aymard
 Posté le 26/08/2021 à 07:30 
Aller en bas de la page Revenir au message précédent Revenir en haut de la page
  Astucien

Bonjour

100% d'accord avec Beorcs, même si je ne suis pas aussi qualifié que lui en Histoire.

Lorsque Victor Hugo rédige "Les misérables" il ne montre pas un peuple heureux il me semble.

La République ? Comme le dit Beorcs on ne fait pas d'omelette sans casser des œufs.

Mais aujourd'hui en France nous sommes très loin d'être un Pays sous développé

et nous vivons plutôt bien, au contraire d'autres qui ont encore un Roi.

D'ailleurs la France a servi d'exemple : plus de Roi en Allemagne, Italie, Hongrie, etc....

txuku
 Posté le 26/08/2021 à 07:40 
Aller en bas de la page Revenir au message précédent Revenir en haut de la page
  Astucien

Nos pauvres sont plus riches qu ailleurs !

Et en plus il y a le foute pour les sauver !!!



Modifié par txuku le 26/08/2021 07:40
Publicité
Pages : [1] 2 ... Fin
Page 1 sur 2 [Fin]

Vous devez être connecté pour participer à la discussion.
Cliquez ici pour vous identifier.

Vous n'avez pas de compte ? Créez-en un gratuitement !
Recevoir PC Astuces par e-mail


La Lettre quotidienne +226 000 inscrits
Avec l'actu, des logiciels, des applis, des astuces, des bons plans, ...

Les bonnes affaires
Une fois par semaine, un récap des meilleurs offres.

Les fonds d'écran
De jolies photos pour personnaliser votre bureau. Une fois par semaine.

Les nouveaux Bons Plans
Des notifications pour ne pas rater les bons plans publiés sur le site.

Les bons plans du moment PC Astuces

Tous les Bons Plans
236,69 €Casque sans fil Bose Headphones 700 à 236,69 € livré
Valable jusqu'au 16 Octobre

Amazon Allemagne fait une promotion sur l'excellent casque sans fil Bose Headphones 700 qui passe à 230,92 €. Comptez 5,77 € pour la livraison en France soit un total de 236,69 € livré. On le trouve ailleurs à partir de 329 €. En plus d'un son incroyable, ce casque offre 11 niveaux de réduction active de bruit vous permettent de profiter de la musique, des podcasts, des vidéos et des appels, sans distraction. Un système de microphones révolutionnaire s’adapte aux environnements bruyants et venteux afin de restituer votre voix avec une clarté incroyable lors de vos appels. Vous permet également d'accéder facilement aux assistant vocaux Google et Alexa. Autonomie jusqu'à 20 heures.

Vous pouvez utiiser votre compte Amazon France sur Amazon Allemagne. Il n'y a pas de douane.


> Voir l'offre
67,15 €Switch Netgear Gigabit GS308P 8 ports avec 4 ports PoE à 67,15 €
Valable jusqu'au 15 Octobre

Amazon fait une promotion sur le switch Netgear GS308P 8 ports 10/100/1000 qui passe à 67,15 € livré gratuitement. On le trouve habituellement à plus de 89 €. 4 ports PoE permettent de connecter et d’alimenter directement des périphériques comme des caméras IP, des téléphones IP et des points d’accès Wifi.


> Voir l'offre
150,69 €SSD Crucial BX500 2 To à 150,69 € livré
Valable jusqu'au 16 Octobre

Amazon Allemagne propose actuellement le nouveau SSD Crucial BX500 2 To à 146,11 € (avec la TVA ajustée). Comptez 4,58 € pour la livraison en France soit un total de 150,69 € livré alors qu'on le trouve ailleurs à plus de 190 €. Ce SSD offre des débits de 540 Mo/s en lecture et 500 Mo/s en écriture. Le SSD est accompagné du logiciel Acronis true image qui vous permettra de transférer tout le contenu de votre ancien disque dur sur le SSD. Il est garanti 3 ans.

Vous pouvez utiliser votre compte Amazon France sur Amazon Allemagne et il n'y a pas de douane.


> Voir l'offre

Sujets relatifs
Femme tuée par des chiens : Le chef de la chasse à courre témoin assisté
l’Allemagne baisse le prix des trains pour le climat _inverse de la France
Soins dentaires-la Cour des comptes pointe le désengagement de l'État
Construction de la route des Grands Goulets dans le Vercors
Le futur vaisseau spatial de la NASA fera des sauts temporels
De l'argent sur le dos des victimes du vol af 447
il exagere un peut le M. de la Fr. des jeux
Le magazine des Seniors et de la famille
le deuil de la BD
À propos de la polémique sur le sport à l'école
Plus de sujets relatifs à Le vol des diamants de la couronne.
 > Tous les forums > Forum À côté